Bibliographie générale

Télécharger
Bibliographie à télécharger
Bibliographie 2017:2018.pdf
Document Adobe Acrobat 259.7 KB

La référence essentielle

  • Ouvrages de référence : Collège des enseignants de sciences humaines et sociales en médecine et santé, Médecine, santé et sciences humaines. Manuel, Les Belles Lettres, août 2011.

" Cet ouvrage pluridisciplinaire est destiné à accompagner l'enseignement de sciences humaines et sociales au sein de la formation médicale et des formations en santé. Il s'adresse aux étudiants et à tous ceux qui s'engagent dans les métiers du soin ou qui s'intéressent aux questions épistémologiques, éthiques et sociales impliquées par la médecine contemporaine. Il est principalement l'émanation du Collège des enseignants de sciences humaines et sociales en faculté de médecine et en santé fondé en 2008, qui réunit les enseignants, médecins et non médecins en charge de cet enseignement en France, avec le concours de chercheurs étrangers spécialistes des thématiques abordées."

http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100555840

Télécharger
Télécharger la préface du manuel signée Tzvetan Todorov, essayiste, philosophe et historien français d'origine bulgare.) Vous pourrez aussi lire le sommaire et la liste des auteurs.
Manuel SHS Préface.pdf
Document Adobe Acrobat 193.6 KB

Les INCONTOURNABLES !!!!


Petit livre indispensable pour s'assurer une culture générale de base dans le domaine de la santé. C'est un mémo de révision pour les bacs sanitaire et social. Vous y retrouverez sous forme de fiches courtes tout ce qu'il faut savoir absolument

 

Par exemple, 9,40 € sur fnac.com :

http://livre.fnac.com/a2793463/Collectif-Refelxe-Bac-Sciences-et-techniques-sanitaires-et-sociales


- Hors série n°48 – mars, avril, mai 2005 « La santé»

Ce numéro est épuisé : il ne peut plus être commandé,

mais il est disponibleà la lecture ou téléchargement sur le site de la revue.

La santé, plus que jamais, dépasse le cadre de la médecine pure. Interrogée, la santé renvoie aux maladies et au bien-être, physique et psychologique. Incarnée, elle concerne de nombreux acteurs, depuis les infirmières jusqu'aux hôpitaux et aux laboratoires pharmaceutiques. Débattue, elle fait l'objet de politiques publiques, et révèle des intérêts financiers et humanistes antagonistes, entre lois du marché et droit à la santé pour tous. Et les réflexions autour de la douleur et de la bioéthique, mais aussi du handicap et du vieillissement, témoignent de sa forte dimension sociale. Objet de tous les espoirs mais aussi de toutes les craintes, la santé est maintenant l'une des préoccupations majeures de la société. Les sciences humaines et sociales l'ont logiquement choisi comme l'un de leurs objets d'étude privilégiés, ce qui donne lieu à une multitude de recherches portant sur des questions très variées. Quelles ressources personnelles sont mobilisées lorsqu'on se sait atteint d'un cancer ? Quelle est la nature de la relation entre le patient et le médecin ? Par quels moyens les campagnes de prévention peuvent-elles être efficaces ? En quoi le travail peut-il être préjudiciable à la santé, et comment y remédier ? Comment les personnes les plus démunies accèdent-elles aux soins ? Ce hors-série a pour vocation d'être le témoin de cet intérêt croissant, tant social que scientifique, pour la santé aujourd'hui.

https://www.scienceshumaines.com/dossier-web-les-sciences-humaines-et-la-sante_fr_dossier_63.html


REVUE SCIENCES HUMAINES, HORS SÉRIE N°20, MAI-JUIN 2015

Les sciences humaines sont les plus jeunes d’entre toutes les sciences : elles n’ont que deux siècles, durant lesquels la recherche des faits, l’observation directe, l’expérience et le laboratoire deviennent leur marque de fabrique et les sciences naturelles, leur boussole. Mais leur divorce d’avec la philosophie ne les dispense pas de recouper sa route chaque fois que l’esprit de science se heurte à la complexité du fait humain. 


Le 19e siècle est celui de l’histoire et de l’évolution. Au tournant du 20e siècle, les disciplines s’affirment : sociologie, linguistique, psychologie, économie, anthropologie connaissent leur âge « classique ». Le 20e siècle est celui des écoles, des courants et des grands récits : positivisme, béhaviorisme, libéralisme, marxisme, structuralisme, néoévolutionnisme, cognitivisme… Ils rivalisent souvent et se succèdent sur le devant de la scène, avant de laisser la place à un grand doute : et si le progrès du savoir sur l’homme n’était au fond qu’illusion ? À cette autocritique les sciences humaines se sont montrées résilientes, et ont résisté par la spécialisation. Mais tous les chercheurs ne s’y sont pas résignés et l’ambition d’une nouvelle synthèse est toujours présente. 


Sciences Humaines a réuni pour vous dans ces pages 50 auteurs et 50 grandes œuvres qui ont jalonné cette aventure, dont il est clair que la fin n’est pas près d’être atteinte.

http://www.scienceshumaines.com/les-grands-penseurs-des-sciences-humaines_fr_569.htm


REVUE SCIENCES HUMAINES, N°293, JUIN 2017

L’empathie donc, ça s’apprend. Plus exactement, ça se travaille. Il faut au départ des aptitudes à comprendre le point de vue ou les émotions des autres. On est plus ou moins doué à ce jeu. Mais on peut toujours s’améliorer. Écoutons encore Leslie Jamison : « L’empathie n’est pas seulement quelque chose qui nous arrive – une pluie d’étoiles filantes traversant les synapses du cerveau –, c’est aussi un choix de notre part : faire attention, élargir le champ de notre être. Cela relève de l’effort, ce cousin démodé de l’impulsion. »

https://www.scienceshumaines.com/l-empathie-jusqu-ou-se-mettre-a-la-place-de-l-autre_fr_644.htm

 


REVUE SCIENCES HUMAINES, HORS SÉRIE N°22, MAI-JUIN 2017

Quelle éthique pour notre temps ?

Soupçons de corruption, débats sur la fin de vie, statut des lanceurs d’alerte, conditions de vie des migrants, révolution du big data et robotisation... Autant de questions qui nous prennent à la gorge avec d’autant plus d’acuité que dans nos sociétés plurielles les valeurs sont parfois divergentes. L’éthique, parce qu’elle pose les principes et met à plat les argumentations, apparaît dès lors comme une précieuse boussole pour dépasser les affects et construire des visions partagées d'un monde commun.

Vivre bien, longtemps et en bonne santé : toutes les sociétés tendent vers cette perspective. L’histoire des épidémies, les traitements innovants contre le cancer, les promesses de la génétique, l’essor des médecines complémentaires, la lutte contre le trafic d’organes, l’intelligence artificielle à notre chevet... Voici, enfin, une formidable façon d’observer le monde d’aujourd’hui en empruntant les chemins des grandes découvertes médicales, sans oublier leurs enjeux éthiques et géopolitiques.

 

Parce que soigner est un acte éminemment politique, découvrez ce que la santé et la médecine disent de nous. Un ouvrage de référence avec les meilleurs experts.

 

188 pages. Date de parution juillet 2017.

http://boutique.lemonde.fr/catalog/product/view/id/18350/


POUR ALLER PLUS LOIN...

- Grands dossiers n°10 – mars, avril, mai 2008 « Les grandes questions de la philosophie »

Nous avons voulu réinterroger les grandes notions de la philosophie en posant des questions fortes et actuelles. En ancrant la réflexion dans l’état des savoirs aujourd’hui. En sollicitant les principales positions philosophiques. Mais aussi en proposant des réponses. Car si le questionnement est au cœur de la philosophie, il n’est pas un jeu gratuit. Ces réponses libres, au lecteur de les faire siennes… ou non. Gageons en tout cas qu’elles lui donneront à penser. 

http://www.scienceshumaines.com/index.php?lg=fr&id_parution=305


Comment fonctionne une société ? Comment expliquer les phénomènes de coopération ou d’inégalités ? D’où vient le changement ? Ce n’est pas un hasard si ces questions n’émergent qu’au XIXe siècle. Pour l’Europe et les États-Unis, c’est une période de profonds bouleversements. Trois révolutions vont en effet se succéder : politique (Révolution française), économique (Révolution industrielle) et intellectuelle (avènement de la science moderne). Mises ensemble, ces trois séries de faits mettent fin à l’idée que la société reposerait sur un ordre divin, naturel ou spontané : ce sont bien les hommes, et eux seuls, qui font l’histoire. Mais comment s’y prennent-ils ?


Quittant progressivement le domaine de la spéculation ou de la pensée utopique, les réflexions sur la nature propre des phénomènes sociaux ont pris peu à peu un tour scientifique. Qu’ils soient sociologues, philosophes ou économistes, les premiers penseurs de la société vont, face à un monde entièrement nouveau, scruter les transformations qu’engendrent l’avènement de la démocratie (Alexis de Tocqueville), le règne du capitalisme (Karl Marx) ou la rationalisation du monde (Max Weber).


Au cours du XXe siècle, la professionnalisation des sciences sociales et la spécialisation des chercheurs vont conduire à une démultiplication des regards. Aux théories fondées sur les rapports de domination (Pierre Bourdieu) ou la centralité des mouvements sociaux (Alain Touraine) répondent des travaux investiguant le quotidien des interactions (Erving Goffman, l’ethnométhodologie) ou la rationalité des individus (Raymond Boudon, Gary Becker, Michel Crozier).



Une démultiplication telle qu’au cours des dernières décennies, les penseurs de la société semblent avoir fait le deuil d’une théorie globale. La dissolution des groupes sociaux (Jean-François Lyotard et la pensée postmoderne), la globalisation (Saskia Sassen, Manuel Castells) mettent à mal l’idée même de société. Pourtant, le vieux monde social n’a pas entièrement disparu… Où en sommes-nous alors ? Rien de tel qu’un petit retour en arrière pour mieux comprendre le présent.

http://www.scienceshumaines.com/les-penseurs-de-la-societe_fr_30280.html


Bibliographie générale


Sciences humaines et sociales

S. Bimes-Arbus, G. Lazorthes, Editions MASSON, 2006 - 288 pages - 28 €

 

Cet ouvrage présente l'essentiel des connaissances dans cette matière incontournable et décisive pour le concours. Il remplace avantageusement le "Lazorthes" donné en biblio à la fac.

Divisée en 8 grandes thématiques et 45 chapitres, la partie « Cours » aborde successivement :

  • les métiers de la santé ;
  • la santé publique et la protection sociale
  • l'origine, l'évolution et la diversité de l'homme
  • la psychologie de l'homme
  • l'éthique et sa diversité ;
  • la communication et le langage
  • la déontologie et le droit ;
  • les conduites et faits sociaux.

Chaque chapitre se conclut par des points clés mettant en valeur les notions indispensables à retenir.
Chaque partie de l'ouvrage comporte des sujets-types de concours (30 au total) dont les grilles de correction sont communiquées en fin d'ouvrage. Ces sujets émanent d'un grand nombre de facultés, afin de donner aux étudiants un bon échantillon de tout ce qui se pratique. Ces sujets peuvent être réels (vraiment donnés) ou fictifs (à la manière de).


Santé, Société et Humanité en PAES

Sous la direction de Gilles FREYER | Gérard CARRET | Christian BOISSIER | Patrice QUENEAU | Editeur : ELLIPSES Collection : Sciences humaines en médecine, 2010, 240 pages - 20 €

 

La réforme instaurant, dès la rentrée universitaire 2010, une première année des études de santé (PAES) commune aux étudiants en médecine, pharmacie, odontologie et maïeutique, pérennise un enseignement aujourd'hui dénommé « Santé, Société, Humanité » (UE 7), qui conserve à la fois son importance et sa sélectivité au concours.
Fruit d'une collaboration entre les enseignants des UFR Lyon-Sud Charles Mérieux et de Saint-Etienne, cet ouvrage aborde de manière didactique les différents thèmes du nouveau programme.

TRES UTILE !!!


ABCDaire des sciences humaines en médecine

Bagros Philippe, Le Faou Anne-Laurence, Lemoine Maël, Rousset Hugues, De Toffol Bertrand (coord.), Editions ELLIPSES - 19,5 €

 

La première année des études médicales (P1), conduisant au concours de sélection comporte un enseignement des Sciences humaines et sociales, centré habituellement, et selon des modalités variables, sur l'histoire de la médecine, l'épistémologie, l'éthique, la psychologie, l'anthropologie, le droit, la philosophie... Un panel de plus de 130 termes empruntés à cet enseignement a été déterminé et présenté, pour chacun d'entre eux, sur deux pages : l'une, illustrée par des «scènes cliniques», se propose, autour d'un concept à connaître, de montrer à l'étudiant l'intérêt d'une approche multidisciplinaire de l'homme malade, et l'autre, en regard, présente une définition de ce même concept, des explications et des citations.